Recherche sur le site
 
La Grande Guerre


Ma dernière relève au bois des Caures

Ma dernière relève au bois des Caures
Souvenirs d’un chasseur de Driant
18 – 22 février 1916




ISBN : 978-2-910526-74-9
Format du livre  : 14 x 20
Reliure  : Volume broché


Le nom de Marc Stéphane évoque surtout Ceux du trimard, un chef d’œuvre qui, avant le Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, a donné au langage parlé, au langage du peuple, un statut littéraire. Ce roman, qui flirta avec le prix Goncourt en 1929, révélait une personnalité hors du commun. Anarchiste par tempérament plus que par idéologie, farouchement indépendant, définitivement rebelle à tout ordre établi, écrivain à l’humeur vagabonde, à la plume féconde et haute en couleurs, Marc Stéphane était aussi l’homme des coups de tête et des coups de coeur. Pacifiste et antimilitariste, il s’engage pourtant en 1914 (à 44 ans !), et pas pour faire de la figuration : c’est aux premières loges, dans les tranchées devant Verdun parmi les chasseurs du légendaire colonel Driant, que l’on retrouve, en février 1916, celui qui se proclamait un « désillusionné » doublé d’un « ennemi du peuple et des lois »… L’un des rares miraculés de la terrible attaque allemande, celui que ses jeunes frères d’armes surnommaient affectueusement « grand-père » sera fait prisonnier, et c’est en captivité qu’il écrira Ma dernière relève au bois des Caures. Le résultat : un Marc Stéphane très en verve, débordant d’invention pour souligner d’un rouge ironique et vengeur la bêtise de l’« ubureaucratie » et du commandement en chef, mais toujours attentif au détail humain, du plus drôle au plus émouvant et au plus tragique. C’est avec une belle sobriété que Marc Stéphane évoque par contre la figure du colonel Driant, auquel il reconnaît autant d’humanité, de franchise et de courage que de naïveté, et les pages où il décrit le quotidien des « tranchériens » offrent une vision de la guerre bien différente de celle que propageaient alors les officines de « bourrage de crâne » ! Pour toutes ces raisons, ce livre jamais réédité depuis 1929 reste l’une des chroniques les plus justes et libres d’un des épisodes phares de la Grande Guerre. Ma dernière relève au bois des Caures sera une vraie révélation pour les passionnés d’histoire et de littérature, et une occasion pour tous de découvrir une oeuvre libre et forte, « d’une verdeur splendide, qui n’a pas fini de nous tenir en haleine ». 

  Collection « Les Immortelles »  La collection « Les Immortelles » donne une nouvelle vie à de grands textes d’histoire ou de mémoire devenus introuvables, en les enrichissant de notes et de commentaires qui en facilitent l’accès au lecteur d’aujourd’hui.


Réalisé avec Sitedit